Newsletter n°6

Cette lettre va vous informer de la progression et de l’insertion des personnes réfugiées accompagnées par les bénévoles de l’ARBY, et donner des nouvelles de ceux qui nous ont quitté.

HK. réfugiée érythréenne de 28 ans qui depuis le mois de juin loge dans un studio SNL à Orsay, a grâce à une famille de Bures obtenu un emploi de serveuse (CDD de 3 mois) à la cafétéria de l’Institut de Physique Nucléaire d’Orsay.

Les réfugiés accompagnés :

GH, réfugié érythréen qui a accompli plusieurs CDD, la situation semblait stabilisée. Il a obtenu sa carte de séjour pour 10 ans, une carte vitale et du travail jusqu’à fin septembre. Pour sa formation de cariste il a obtenu les modules 1,3,5 mais pas les modules 2,4,6. Mais il est indispensable pour un entretien d’embauche qu’il fasse des progrès en français. En septembre, pour la première fois depuis 5 ans, il a reçu un appel de son père, depuis le Soudan où celui–ci a réussi à aller pour se faire soigner car il est gravement malade. Compte tenu de cette situation et n’ayant plus de travail il a décidé d’aller le voir pendant quinze jours en octobre. Malgré les démarches indispensables faites auprès de pôle emploi suite à la fin de son CDD, son dossier de chômage a été bloqué de façon incompréhensible, de l’aveu même de sa conseillère de pôle emploi. D’où une situation très préoccupante. Après un temps de flottement, tout semble rentrer dans l’ordre et la situation s’est améliorée car il touche des indemnités de chômage de 1000€ par mois et a commencé à payer ses retards de loyer. Le dossier d’APL reste toujours bloqué suite, là aussi, à une situation ubuesque.

HHO, réfugié érythréen de 21 ans il est toujours logé chez une famille à Gif. Il a fait ses deux journées de formation citoyenne à l’OFII. Il attend sa convocation à la préfecture pour obtenir sa carte. Il suit des cours de français (200h) à Juvisy pendant 2 mois tous les mardis et vendredis. Il continue à suivre des cours de français à la CIMADE à Massy. Il travaille un jour par semaine (8h30) au centre de loisirs de polytechnique. Il fait du théâtre un soir par semaine.

MO, réfugié érythréen de 26 ans est toujours logé chez une famille à Bures. Après une remise à niveau il a obtenu une formation d’électricien par le GRETA. Comme les cours d’histoire et de géographie lui posent des problèmes de compréhension et qu’il doit absolument améliorer son niveau de français pour avoir son CAP, des bénévoles vont l’aider grâce à des cours de français et de conversation dispensés pendant le week-end.

AA réfugié érythréen de 31 ans. En France depuis 2013 reconnu réfugié en 2015. Il avait un très petit contrat de 300€/mois environ. Il touchait le RSA. Il est maintenant logé à Orsay chez un particulier qui a accepté de baisser le loyer. Il a maintenant un travail en CDD jusqu’à fin décembre et a retrouvé son dynamisme. S’il n’est pas reconduit en janvier, il débutera des cours de perfectionnement au français écrit, via l’assistante sociale et Atout-PLIE.

HIM réfugié érythréen de 28 ans. Il est logé à Gif depuis le 28 juillet dans un studio. Il reçoit le RSA. Il est inscrit à Paris pour des cours de français. Son problème a été qu’il était enregistré sous un autre prénom et qu’il a dû demander un certificat de naissance et changer de prénom sur tous ses papiers. Ce n’est pas sans provoquer de nombreuses perturbations. Un bénévole l’aide à lire ses papiers et autres documents et à parler en français.

Soutien à l’ARBY
Nous avons besoin de logements indépendants à prix préférentiels ou de chambres chez
l’habitant. Tant qu’un réfugié n’a pas un endroit où se poser aucune intégration n’est possible.
Nous faisons donc appel à nouveau à ceux qui pourraient nous aider. Nous rappelons que l’association se charge de l’accompagnement.
Devant plusieurs difficultés administratives, l’ARBY a été obligé de subvenir aux besoins de base de plusieurs réfugiés, ce qui a pesé sur la trésorerie de l’association. La situation est redevenue normale à présent grâce à votre générosité.
Nous poursuivons les “ invitations ” car cela s’avère formidable ! Une famille peut inviter une personne réfugiée le temps d’un repas (le plus simple possible). C’est une occasion de contacts, et un excellent moyen pour cette personne de s’intégrer, de parler français, de se sentir bien dans ce nouveau pays d’adoption.

Animation
Nous avons organisé en décembre un dîner avec les réfugiés, les bénévoles accompagnateurs et les familles qui accueillent. Les réfugiés et les bénévoles ont préparé ensemble le repas, ce qui a permis des moments d’échange. Ensuite nous avons partagé le repas ainsi préparé avec les familles dans une ambiance très sympathique.
Nous envisageons d’organiser quelques sorties pour aider à l’intégration comme des visites à Paris, une soirée festive, une soirée musicale, etc. N’hésitez pas à proposer de nouvelles idées, ou à participer à ces événements.

Amis adhérents, donateurs, sympathisants, soyez remerciés pour votre soutien, votre aide et vos encouragements.

NOUS VOUS SOUHAITONS UNE BONNE ET JOYEUSE ANNEE 2018 !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s