Newsletter n°4

L’assemblée générale de l’association ARBY s’est tenue dans la salle du Conseil de la mairie de Bures sur Yvette le 30 mai 2017 à 20h45.

ABDALLAH : Mauritanien de 30 ans, en France depuis octobre 2014, Abdallah nous a été proposé par l’association Singa. Statut de réfugié en décembre 2015. A séjourné en Lybie avec sa famille où il travaillait dans le bâtiment. Vivait à Paris dans l a rue. Logement indépendant depuis avril 2016. A suivi une formation en alternance de 8 mois et a obtenu son CAP de peintre en avril. Cherche actuellement du travail. Il percevait une rémunération et bénéficie de l’APL. Il parle bien le français, et est très actif auprès du Secours Catholique qu’il aide en faisant des traductions car il parle au moins 3 langues.
GOITOM: Erythréen de 42 ans accueilli en mai 2016 sur recommandation de l’association Singa,. Il avait le statut de réfugié, mais n’avait toujours aucune solution, après plusieurs mois dans la rue. Il ne parlaitpas vraiment le français et avait traversé la Méditerranée pour fuir son pays en guerre .,. Il est entré dans un des logements de Gif, et a été pris en charge par les bénévoles de l’ARBY. Il a eu beaucoup de problèmes administratifs suite à une erreur d’orthographe dans la reconstitution de sa fiche d’état civil. Il touche enfin le RSA régulièrement, et devrait avoir sa carte de séjour de 10 ans très prochainement.
Son travail : plusieurs CDD consécutifs proposés par la même entreprise de BTP (4 mois au total).
Pendant la période où il ne travaillait pas, il s’est lui-même financé une formation permettant de valider ses compétences de cariste acquises en Erythrée ; il a réussi pour trois secteurs sur cinq. Mais il ne parle pas encore assez bien le français pour pouvoir postuler à un emploi fixe. Problème : il a des journées très remplies par son travail et ne peut guère suivre des cours.
OMAR: famille syrienne avec 4 enfants . Omar avait fait ses études en France, et plusieurs post doc en France et en Syrie, à Homs. Il avait fait une demande d’asile. Omar, sa femme Rim et leurs 4 enfants étaient hébergés provisoirement aux Molières. Ils étaient connus de plusieurs associations locales. Nous avons suivi cette famille qui a obtenu le statut de réfugiés en août 2016, a été hébergée à Limours et n’avait vraiment aucune ressource. Nous avons ouvert de nombreux contacts pour l’aider à entrer dans le
milieu de la recherche. En décembre dernier, la famille a été relogée par la mairie des Molières, et Omar a fini par toucher le RSA. Actuellement, Omar a reçu un avis favorable de la commission qui gère les programmes de recherche accueillant des chercheurs internationaux (PAUSE). Pour l’ARBY, c’est un accompagnement terminé. Nous restons en contact.
MUFEED: Première rencontre avec ce Syrien en avril 2016. Mufeed était étudiant en informatique, il était logé et avait le statut de réfugié, et sans problème immédiat. Nous l’avons aiguillé vers le CROUS pour se loger pendant son stage de fin d’études. En septembre, il terminait ses études, mais n’avait plus de solution pour se loger et chercher du travail. L’ASTI lui a proposé d’être hébergé dans une famille de Bures, et ARBY l’a accompagné pour une recherche de travail. Nous l’avons aidé, conseillé et orienté vers une association spécialisée. Il a été invité dans plusieurs familles Il a trouvé du travail en janvier, prolongé en avril jusqu’à septembre 2017 en CDD. Pour l’ARBY, c’est un accompagnement terminé. Nous restons en contact.
HELEN est une érythréenne de 27 ans, en France depuis 2015. Statut de réfugiée en juin 2016. Depuis elle était toujours sans domicile. Elle a été orientée vers ARBY par une personne en lien avec la MDS des Ulis. Elle a été logée d’abord dans une famille d’Orsay. Puis elle est arrivée dans une famille de Gif en avril 2017 ; elle a fait une demande de logement à SNL qui a été acceptée. Elle sera relogée en juin. Son souci premier reste de trouver du travail comme « serveuse en restaurant ». Elle a un RV au GRETA pour évaluer son niveau en français. L’accompagnement d’ARBY se poursuit pour l’instant
MAHMOUD est un Erythréen de 27 ans qui nous a été proposé par Dom Asile. Il a été reconnu «réfugié » en février 2016 et possède une carte de séjour de 10 ans. Il est resté un an en galère, dormant chez l’un ou l’autre, sans réel soutien. Il a été logé dans une famille de Bures en janvier. Il a suivi une formation en français de 100 H avec l’OFII et a fait son parcours d’intégration. Il souhaite suivre une formation d’électricien avec l’AFPA. Pour le moment et afin d’avoir un meilleur niveau en français il va suivre une nouvelle session d’un mois avec Free Competence à Massy en juillet. Il participe aussi à
plusieurs formations en français, à Massy, aux Ulis et à des cours de conversation avec des Buressois. Il est très bien intégré et apprécié dans la famille qui l’accueille. Il cherche aussi des petits boulots en attendant le début de son nouveau stage. Il est extrêmement dynamique et volontaire. Il commence à aider à la boutique Artisans du Monde à Bures.
EASIR: vient du Bangladesh. Il a 21 ans et est en France depuis Juin 2015. Il a été proposé par un programme de soutien des grandes écoles à Paris. Il est sous Protection Subsidiaire depuis décembre 2016. Son récépissé a été renouvelé en mars pour 6 mois. Il est accueilli chez une famille buressoise depuis février 2017. Il a effectué en avril/mai se
s formations avec l’OFII. Il suit une formation (Assofac) de 10 mois où il apprend le français et le métier de réceptionniste. Cette formation s’arrêtera en septembre et lui donne une petite rémunération. En parallèle et en accord avec son centre de formation, il travaille depuis mai ( CDI) dans un restaurant en cuisine. Il est en recherche d’un logement sur Paris et va visiter vendredi une chambre mise à sa disposition pour une somme très modique par des membres de l’association. Son projet est de reprendre des études de droit commencées dans son pays.
AHMED est un jeune érythréen de 21 ans, proposé par l’association Singa, puis par Mahmud (connu de Dom Asile). Arrivé en France en octobre 2015, il a été reconnu « réfugié » en septembre 2016. Ayant quitté le CADA (centre d accueil des demandeurs d’asile) de Creil trop vite, il n’avait engagé aucune démarche concernant son titre de séjour. L’ARBY l’a accompagné dans les démarches à la préfecture. Il souhaite bénéficier des procédures prévues par l’OFII, mais attend cela depuis plusieurs mois. Agé de moins de 25 ans, il n’a aucune aide et ne peut prétendre au RSA. C’est l’ARBY qui pourvoit entièrement à ses besoins, avec le support quotidien de la famille qui l’héberge gratuitement.
ABEL est le dernier réfugié accueilli. C’est un Erythréen de 32 ans, venu en France en 2013, il n’a obtenu sa carte de séjour qu’en 2016. Nous avons connu Abel par l’association SINGA. Il a vécu dans la rue ou hébergé chez des amis. Il touche le RSA et a un petit travail dans un théâtre : 10 jours par mois, 3h par jour, soit un salaire mensuel de 200 à 300 €. Nous avons pu lui proposer un studio chez un particulier à Orsay qui a baissé le loyer pour pouvoir accueillir un réfugié. Il est très heureux de dormir dans une chambre, de lire et de méditer.
Accueil temporaire dans une famille
Au premier entretien, nous établissons une fiche de situation concernant la situation officielle, l’état civil, le niveau d’études, la langue parlée, les perspectives etc…… Ensuite nous contactons la ou les familles qui nous ont proposé un logement. Afin que tout se
passe bien nous avons établi une « charte d’hébergement provisoire » pour déterminer ce qui peut se faire ou pas. En parallèle l’ARBY établit « une convention d’engagement solidaire » avec le réfugié. L’ARBY s’engage à fournir un soutien individuel par un accompagnement régulier et d’autre part le réfugié s’engage à respecter les consignes et
surtout à effectuer les démarches lui permettant d’acquérir son autonomie. La famille accueillante veille aux besoins de la vie quotidienne et les bénévoles prennent en charge les démarches relatives au travail, à la santé, et les problèmes financiers. Les besoins
sont toujours différents. Les bénévoles doivent s’adapter aux situations qui sont parfois complexes. Les réfugiés attendent beaucoup de nous et nous accordent une grande confiance. Ils désespèrent parfois devant les lourdeurs administratives. Nous les aidons mais avons toujours en vue la perspective de l’autonomie.
Remerciements
Nous tenons à remercier les mairies de Bures, de Gometz le Chatel et de Gometz la Ville; nous avons une page sur le site internet de la mairie de Gometz le Chatel. Merci aux CCAS, aux associations et surtout à ceux qui nous ont proposé chambres et studios et ce
ux qui ont proposé des cours de français, des vélos, des ordinateurs et ont invité un réfugié pour un repas chez eux.
Nous avons maintenant un compte facebook :
Nous sommes ensemble pour faire bouger les choses.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s